Affaire Quatennens : Olivier Faure juge le retour du député à l’Assemblée «impossible» après les accusations de son épouse

Elle rompt son silence devant les déclarations publiques de son mari. Céline Quatenens, l’épouse du député LFI du Nord Adrien Quatenens, a dénoncé mercredi “la colère”, les “crises” et les “violences physiques et morales” de sa part depuis “plusieurs années”, niant “une implication d’agression mutuelle”. Après ces nouvelles accusations, le patron des socialistes, Olivier Faure, a jugé le retour du député à la demi-séance “impossible”.

“J’ai subi ses colères, ses crises, ses violences physiques et morales pendant plusieurs années. “J’ai voulu divorcer trois fois ces dernières années, et à chaque fois j’ai reculé sous la pression”, a déclaré Céline Quatenens dans un communiqué, confirmé par son avocat.

Lire Aussi :  Opinion | L'Allemagne et la France ont une responsabilité commune envers l'Europe

Adrien Quatenens, qui a reconnu avoir agressé son épouse dans un communiqué le 18 septembre et ne siège plus à l’Assemblée nationale depuis, doit être entendu à huis clos par le parquet le 13 décembre dans le cadre de la procédure de pré-plaidoyer (CRPC, parfois appelé « plaider coupable »).

Lire Aussi :  Entre canicules et Covid, la France a connu un été 2022 meurtrier

“Je ne peux pas me taire”

« Vu les déclarations de M. Quatenens, qui ont été contestées dans les médias d’une gifle dans un contexte de tension extrême et d’agression mutuelle“Je ne peux pas me taire face à des propos que je considère comme faux”, a précisé Céline Quatenens.

Condamnant la “version très personnelle”, il affirme parler “contre son gré” mais “exagère les choses”. “C’est désagréable pour moi que mon mari minimise publiquement les faits, discréditant ma personne”, a-t-elle ajouté.

Dans un long communiqué le 18 septembre, l’élu a notamment évoqué les “disputes” après la déclaration de son épouse sur sa volonté de divorcer, notant qu’il lui “a par exemple attrapé le poignet” lors de l’une d’entre elles. Il a également reconnu l’avoir “giflé” “il y a un an”, “dans des conditions d’extrême tension et d’agression mutuelle”.

Lire Aussi :  Un pompier volontaire meurt en se rendant sur un incendie, écrasé par son camion

Retiré depuis lors de son rôle de coordinateur politique de La France insoumise, le député a fait savoir mi-novembre à son entourage qu’il souhaitait reprendre son siège sur les bancs de l’Assemblée maintenant que son arrêt maladie était terminé.

Depuis, le mouvement travaille “collectivement” sur “les formes de son retour”, un principe sur lequel le groupe s’est mis d’accord, malgré les pressions des autres partis politiques et associations féministes.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button