Disney+ : un record qui cache une catastrophe industrielle

Matériel de nouvelles Disney+ : Un document couvrant une catastrophe industrielle

En dévoilant hier ses résultats du 3ème trimestre 2022, Disney+ a envoyé un message fort à ses investisseurs et concurrents avec une augmentation significative du nombre d’abonnés, tout en dévoilant également un rapport financier fantastique.

Le groupe Disney+ bat le record d’abonnés devant Netflix

Mais jusqu’où va Disney+ ? En annonçant les résultats trimestriels du groupe Disney, et notamment concernant Disney+ et ses filiales (ESPN+ et Hulu), le PDG de Walt Disney Company (ou CEO comme disent les Américains) Robert “Bob” Chapek avait une bonne nouvelle à annoncer. à la conférence de presse.

Lire Aussi :  Attaqués par une grande marque, de jeunes entrepreneurs martiniquais rebaptisent leur entreprise

Durant la période de juillet à septembre, au troisième trimestre, Disney+ peut se targuer d’avoir réussi à attirer plus de 12 millions de nouveaux abonnés, portant son total pour la chaîne à 164,2 millions d’abonnés actifs.

Alors qu’on est encore loin des 223 millions d’abonnés du leader Netflix, quand on regroupe Toutes chaînes du groupe Disney (Disney+, ESPN+, Hulu), on atteint cette fois les 236 millions d’abonnés, faisant de Disney le leader mondial de la télévision à la demande (SVOD).

Des résultats évidemment très excitants, mais en conséquence de gros investissements sont nécessaires avec des pertes “record”.

Disney+ : Un document couvrant une catastrophe industrielle

Disney+ affiche une énorme perte mais “tout va bien”

Si la croissance de Disney + a été impressionnante, c’est certainement à elle en premier lieu Son catalogue, qui comprend désormais les franchises Marvel et Star Wars en plus de l’univers étendu de Disney. Et pour le second, l’organisation aux grandes oreilles ne réduit pas les investissements entre l’abondance de films et de produits séries (The Mandalorian, The Book of Boba Fett, Obi-Wan, Andor pour Star Wars, mais aussi pour Wandavision, Loki, Hawkeye, Moon Knight, Ms. Marvel ou She-Hulk pour Marvel). Sans compter d’autres mini-séries spéciales comme The Dropout, On Order of God ou l’excellent Dopesick.

Lire Aussi :  Le futur « Conseil national du commerce » piloté par Thierry Mandon

Bref, tout cela est très beau et rassemble beaucoup d’abonnés, mais c’est très, très cher. Selon les résultats financiers de Bob Chapek, Une perte d’exploitation en glissement annuel est tombée à 1,47 milliard de dollars, contre 800 millions de dollars au dernier trimestre. Qui est simplement “mauvais niveau“Disney n’a jamais vraiment eu le temps de l’admettre, mais le patron tient à rassurer :

Les pertes commenceront à se réduire au cours du trimestre en cours et Disney+ deviendra rentable en 2024.

Pour atteindre ses objectifs, Disney compte évidemment sur ses grandes franchises pour continuer à séduire, mais son nouvel abonnement publicitaire pas cher sera lancé aux Etats-Unis le 8 décembre et devrait suivre dans le reste du monde début 2023.

Lire Aussi :  Pourquoi ils rapportent plus à la France qu’ils ne lui coûtent

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button