une patiente violée à l’hôpital Cochin, un suspect visé par trois OQTF interpellé

La victime, âgée de 34 ans, a été admise aux urgences dans la nuit du 27 au 28 octobre en raison d’un traumatisme crânien, après un malaise.

Une femme qui a été violée à l’hôpital Cochin à Paris fin octobre a porté plainte contre X mercredi 23 novembre, par un autre patient de cet établissement : “mettre en danger la vie d’autruiL’AFP l’a appris auprès de son avocat. Le patient de 34 ans a été admis aux urgences entre le 27 et le 28 octobre après un malaise suite à un traumatisme crânien, a indiqué à l’AFP Laura Abekassis Me, confirmant l’information. Parisien et CMR. Selon nos confrères, le suspect aurait aperçu la victime, puis une heure plus tard il aurait simulé un coma alcoolique afin d’être emmené à l’hôpital lui aussi.

Lire Aussi :  Elodie Invernon va vivre le rêve bleu avec l’équipe de France de padel à Dubaï

Vers 4 heures du matin, une infirmière a surpris un homme dans la cellule de la jeune femme en la violant avec ses doigts pendant qu’elle dormait, puis l’a vue s’enfuir, selon une source proche du dossier. Grâce au signalement du soignant et du patient, l’homme a été rapidement interpellé par la brigade anti-criminalité (Yard) du 14e arrondissement de la capitale, peu après 5 heures, non loin de l’hôpital, selon le même la source. Selon RMC et Parisienl’homme portait la carte de crédit de la victime.

Lire Aussi :  Planifier pour 2023 et votre entreprise – Shaw Local

VOIR ÉGALEMENT – Qu’est-ce que l’OQTF, l’obligation de quitter le territoire français ?

Un particulier visé par trois OQTF

Selon l’identité qu’il a présentée, ce Jordanien de 22 ans n’est pas familier avec les services, explique à l’AFP une source proche du dossier. Il a été inculpé et placé en garde à vue le 30 octobre dans le cadre d’une enquête judiciaire pour viol, vol et escroquerie par personne sous l’emprise de stupéfiants, selon une source judiciaire.

Selon nos informations, le suspect a été soumis à trois obligations de quitter le territoire français (OQTF) sous trois identités différentes. En septembre, une demande d’asile était pendante, il n’a donc pas pu être expulsé a priori, raconte la source. “C’est un double traumatisme pour ma cliente, le viol lui-même et les circonstances. Il veut aller au fond, comprendre comment ces faits extrêmement graves ont pu se produire dans la fonction publique“Abecasis m’a commenté à l’AFP.

VOIR ÉGALEMENT – “La violence règne dans nos sociétés”, a annoncé Emmanuel Macron au Congrès des maires de France.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button